Traditsioonilised retseptid

Õunakoogi magustoit

Õunakoogi magustoit

1. Sulata karamellikastme jaoks pannil või, pruun suhkur ja keedukreem, kuni segu muutub kuldseks. See peaks võtma umbes 5 minutit, kuid lõpuks sõltub see igaühe pliidist. Kui olete valmis, eemaldage see tulelt ja laske jahtuda.

2. Sega kausis kuivained: jahu, sooda, küpsetuspulber, kaneel, muskaatpähkel, mandlilaastud ja näputäis soola. Pange need kõrvale.

3. Vahusta mikseriga toatemperatuuril 175 g võid ja hakka seejärel järk -järgult suhkrut lisama. Vahusta, kuni suhkur on veidi sulanud. Lisa vanilje essents ja kui suhkur on sulanud, lisa üks muna ning pärast iga muna pane supilusikatäis kuivainete segu.

4. Kui kogu koostis on valmis, tõsta pool lahtikäiva põhjaga koogivormi. Kasuta 24 cm läbimõõduga vormi ja vooderda või ja jahuga.

5. Koori õunad ja lõika õhukesteks viiludeks. Pange õunaviilud kompositsiooni kohale, kuni see katab kogu pinna. Vala pool karamelli kogusest. Seejärel lisage ülejäänud koostis. Lööge tööpinda veidi, et veenduda, et see on täiesti tasane. Aseta peale ülejäänud õunaviilud ja vala peale ülejäänud karamell.

6. Pane eelsoojendatud ahju 160 ° C juurde 1 tunniks ja 5 minutiks või kuni see läbib hambaorku testi. Kui paned sinna hambaorki ja see tuleb puhtalt välja, on see valmis. Olge ettevaatlik ja ärge avage ahju ust varem kui 45 minutit, sest kook lahkub.

7. Kui võtad ahjust välja, lase jahtuda ja seejärel puista peale veidi vanillisuhkrut.


Kohev õunakook

Kohev õunakook & # 8211 lihtne magustoit, käepärane ja äärmiselt maitsev!

Ettevalmistusaeg:

Portsjonid:

Koostis:

Ettevalmistusjuhised

Aluse suhkur (60 gr) pannakse kastrulisse, segatakse, kuni see sulab ja muutub kuldseks.

Eemaldage kuumusest ja kergete liigutustega liigutage panni nii, et seinad tapeeditakse.

Lase 1 minut jahtuda ja aseta õunad (puhtad ja ilma seemneteta).

Igas õunas lisame ploomimoosi.

Piserdage neid suhkruga (40 gr) ja pange 15 minutiks 180 ° C eelsoojendatud ahju.

Enne õunte ahjust eemaldamist valmistage pealmine koostis.

Vahusta munavalged näpuotsatäie soolaga, lisa järk -järgult vanillisuhkur, suhkur ja sega, kuni saad kõva vahu.

Kollased segatakse ja jahu segatakse küpsetuspulbriga.

Kollaste peale lisa munavalged, sega kergelt läbi ja seejärel lisa jahu.

Segage hoolikalt, kuni saadakse homogeenne koostis.

Nii näevad ahjust välja võetud õunad välja & # 8211 vaata fotot.

Lisage õuntele pealmine koostis ja pange pann uuesti ahju.

Kook on valmis, kui pealispind muutub kuldseks ja vajutades naaseb see esialgsele kujule.

Lase pannil täielikult jahtuda ja keera siis taldrikuga ümber.

Vahukoorekreem segatakse suhkru ja vanillisuhkruga.


3 õunakoogi retsepti, ülim magustoit paastuajal. Siin on koostisosad ja kuidas seda valmistada!

Siin on veel mõned retsept õunakook, paastumine ja mitte ainult, lihtne valmistada ja väga meeldiv süüa, maitsev magustoit kogu perele! Esimene retsept (võetud ja kohandatud crestinortodox.ro ) nõuab järgmist ...

Õunakoogi koostisosad (paastumine)

  • 750 g kooritud õunu
  • 250 g jahu
  • 150 g margariini (köögivilja)
  • 90 g suhkrut
  • 6 supilusikatäit õunamoosi
  • 1 sidruni riivitud koor
  • 1 tl jahvatatud kaneeli
  • 1 supilusikatäis toidutärklist
  • soola

Kuidas valmistada õunakooki (paastumine)

  1. Sega margariin suhkruga, kuni see sulab. Lisa hõõrutud pärm teelusikatäie suhkru, soola, 1 sidruni riivitud koore ja 3 sl veega. Lisage järk -järgult sõelutud jahu, kuni tainas pole enam kleepuv. Sõtku korralikult läbi ja jäta segu kerkima.
  2. Koorige õun ja lõigake see kuubikuteks. Pigista sidrunimahl, lisa suhkur, kaneel, tärklis, õunamoos ja sega kõik õunatükkidega.
  3. Määri ümmargune koogivorm vähese taimse margariiniga või vooderda küpsetuspaberiga, et kook ei jääks vormi äärtele. Jaga tainas pooleks. Laota pool pannile ja lõika servad. Vala täidis õuntega ja seejärel teine ​​pool tainast. Suru tainast käsitsi, et õunakuubikud istuksid hästi. Tee koogi keskele auk, et aur välja tuleks.
  4. Küpseta õunakooki 45 minutit eelsoojendatud ahjus 180 kraadi juures. Määri kook pärast ahjust välja võtmist õunamoosiga. Siis on see serveerimiseks valmis! Hea söögiisu!

Õunakook

& Icirc & # 539i peab:
220 g f & # 259in & # 259
110 g võid
50 g suhkrut ja # 259r pulbrit & # 259 + 20 g praadimiseks & # 537c & # 259
3 või & # 259
1 g & # 259lbenu & # 537
1 kg õunu
2 supilusikatäit hapuoblikamahla
125 ml vedelik & # 537c & # 259 vedelik & # 259
kest alates 1 l & # 259m & acircie
soola
Preg & # 259te & # 537ti a & # 537a:
Võtad kausi ja paned jahu. & Icircn f & # 259in & # 259 pane võid t & # 259iat tükid & # 259 & # 539i väikesed, suhkur & # 259rul pulber (50 g), g & # 259lbenu & # 537ul & # 537i segada veel & icircnt & acirci lusikaga & # 259, seejärel m &. Lase tainal 1 tund jahtuda. Seejärel laota tainas 1/2 cm lehele, tordi kujul.
Lõika õunad ja lõika kooreks. Suurendage iga veerandit kergelt, et see ei puruneks. Seejärel piserdage õunad lehtedest saadud mahlaga ja asetage need koogi kujuliselt taignale, moodustades ringi. Ba & # 539i ou & # 259le cu zah & # 259r pudr & # 259, fr & # 537c & # 259 vedel & # 259 & # 537i peaj & # 259 de l & # 259m & acircie & # 537i le torni super õunad . Pane kõik ahju ja küpseta 180 kraadi juures 30 minutit.

Valmistamine: 1 tund ja 30 minutit 30 minutit Küpsetamine: 30 minutit
Re & # 539et & # 259 autorid Mihaela Picu & # 537, Br & # 259ila

Siit leiate veel ühe õunakoogi retsepti.


Õunakoogi magustoit - retseptid

  • Austraalia
  • Austria
  • Valgevene
  • Belgia
  • Belgia (prantsuse)
  • Bulgaaria
  • Tšehhi Vabariik
  • Taani
  • Eesti
  • Prantsuse keel
  • Saksamaa
  • India
  • Iirimaa
  • Itaalia
  • Kasahstan
  • Läti
  • Malaisia
  • Holland
  • Poola
  • Rumeenia
  • Venemaa
  • Singapur
  • Hispaania
  • Taiwan
  • Ühendkuningriik
  • Ukraina
  • UKS

Aeg möödub! Kui osalete meie võistlusel, võite võita erakordse ja ainulaadse kombinatsiooni!

Kas olete kunagi mõelnud, et ilma muna, või või suhkruta on võimatu õunakooki teha? G & acircndi & # 539i-v & # 259 & icircnc & # 259 o dat & # 259! Täna näete kiiret ja lihtsat viisi maitsva õunakoogi valmistamiseks ilma nende koostisosadeta. Boonus: selles on väga vähe kaloreid, nii et saate seda kooki täiel rinnal nautida!

Vähesed, väga vähesed meist peavad õunakoogi viilule vastu - ja see on lõputu rõõm noortele ja vähem noortele. Algne retsept, arvestades õunu, ei ole parim valik. Väga kerget õunakooki on väga lihtne valmistada, kuid see on maitsev, kuid maitsev, muutes vaid mõne koguse oma tavapäraseid koostisosi ja asendades mõned neist. Tervislikumate alternatiividega:

  1. Tavapärase nisujahu asemel integreeritud nisujahu.
  2. Riisikoogi kook on ilusa kuldkollase värvusega. See vähendab gluteenisisaldust mõne protsendi võrra, mis muudab seedimise lihtsamaks.
  3. Suhkru asemel mesi. Või ar & # 539ar siirup.
  4. Apelsini ja # 259 & # 537i orgaaniline vanilje & # 259 & ndash & icircn see & # 259 re & # 539et & # 259 kasutame koort. Koogile maitse ja maitse andmiseks võite lisada skoori.
  5. Viimane, kuid mitte viimane õun. Teeme väikese koogi, nii et see ikoon vajab ainult ühte m & # 259. Kui soovite niiskemat ja maalähedasemat kooki, võite kasutada kahte õuna.

Koostisosad

Selle retsepti jaoks vajate koogivormi läbimõõduga 20 cm ja see teenindab umbes 8 inimest.

  • 1 can & # 259 & # 537i jum & # 259tate / 180 g f & # 259in & # 259 de gr & acircu integraal & # 259
  • Pool tassi 509/50 g riisi (alternatiivina võite kasutada nisu tugevama maitse või tapiokki / maisi kergema koogi jaoks)
  • 2 supilusikatäit / 6 g l & # 259m & acircie soola
  • Üks supilusikatäis ja # 259/3 g küpsetuspulbrit
  • Näputäis soola
  • A m & # 259r
  • 5 supilusikatäit / 90 g mett (või siirupit)
  • 60 g maapähkliõli
  • Jum & # 259tate de can & # 259/100 ml ap & # 259
  • 75 ml apelsinimahla & # 259 värsket & # 259t stoari & # 259
  • Raseeritud pool apelsinikoort
  • Seemned puhastatakse umbes 2 cm vaniljeest.

See madala kalorsusega kook sobib ideaalselt teie hommikuseks kohvipausiks, kerge suupistena, mis hoiab teid vormis kogu ülejäänud päeva, või maitsev magustoit pärast hommikusööki. Cin & # 259.

Ettevalmistus

  1. Kuumuta ahi 180 kraadini. Asetage küpsetusplaat 20 cm läbimõõduga koogivormile.
  2. Sõeluge erinevat tüüpi jahu, sool ja küpsetuspulber suurde kaussi. Lisa saer acercrful ja sega ning kergelt tel. Pane kauss kõrvale.
  1. Sp & # 259la & # 539i, decoji & # 539i & # 537i t & # 259ia & # 539i m & # 259rul & icircn dou & # 259 jum & # 259t & # 259 & # 539i egale. Lõika poolõhuke, väga õhuke 1-2 mm viil. Väga õhukeste viilude kasutamisel vältige ebaühtlast jaotust ja niisutage tainast. Soovi korral saate nendest õhukestest viiludest ikkagi lõigata väikesed kuubikud. Kui selles etapis kasutatakse täistera, muutub kook väga niiskeks, kuid jääb heledaks ja säilitab oma konsistentsi värske ja õhulise. Kui leivaviilud lõigatakse liiga paksuks, on tainas vähem ühtlase konsistentsiga ja üksikutest koogiviiludest tehakse tainas.
  1. Lõika teine ​​pool 3-4 mm paksusteks viiludeks ja aseta teise kaussi. Lisage veidi apelsinimahla ja mett, segage spaatliga ja pange kõrvale. Neid kasutatakse koogi kaunistamiseks.
  1. Sega teises kausis see, mis meest ja apelsinimahlast järele jäi, maapähkliõli ja veega. Lisa punane apelsinikoor, vanilliseemned ja väga õhukesed õunaviilud. Sega hästi.
  1. Vala taigen koogivormi, laota spaatliga ühtlaselt laiali. Kaunista paksemad taignaviilud dekoratiivselt taigna peale ja suru kergelt.
  1. Pane kook eelsoojendatud ahju 50-60 minutiks küpsetama või küpseta, kuni see on kuldse kooriku kinni püüdnud, kontrolli hambaorgiga, kas seest pole toores. Lase koogil ahju sees veidi jahtuda, ahjuuks lahti. See aitab vältida koogi vajumist keskel. Munakujulisel õunakoogil, mis on siirupine, on kalduvus mureneda. See kook pole aga nii siirupine, mis tähendab, et riskid on madalad. Lihtsalt mõned õunasordid on väga mahlased, seal tuleb olla ettevaatlik.

Serveeri kooki kergelt soojendatuna või toatemperatuuril.


Maria Valtorta teos: "Püha kolmapäev. Jeesus puhkab koos oma ema ja naisjüngritega"


Maud
Sõnumid: 9656
Registreerimise kuupäev: 20.01.2016
Asukoht: Prantsusmaa
Püha eestpalvetaja: Püha Neitsi Maarja, Püha Therese of the Child Jesus and the Holy Face, Therese of Avila

Re: Maria Valtorta töö: "Püha kolmapäev. Jeesus puhkab koos oma ema ja naisjüngritega"

juuksed Maud P 24. nov - 7.46

"Väikese Rooma paranemine Caesareas"

Jeesus ütles: "Väike Johannes, tule minuga." Ma tahan, et te kirjutaksite tänasele pühitsetule juhise. Vaadake ja kirjutage. & Quot

Jeesus on endiselt Caesarea Maritime'is. Ta pole enam selles eile, vaid rohkem sees. interjöör, kohas, kust aga näeb sadamat ja laevu. Siin on palju ladu ja kauplusi. Ja kuna isegi selles maalähedases kohas on parteril mitmesuguste toodetega kaetud matid, järeldan, et olen lähedal turgudele, mis võisid asuda sadama ja poodide läheduses navigaatorite ja nende ostmiseks, paatidega toodud kaubad, Koht sumiseb rahvahulga tulekutest ja minekutest, Jeesus ootab koos Siimoni ja tema nõbudega, et teised võtaksid vajaliku toidu kaasa. Lapsed vaatavad uudishimulikult Jeesust, kes hellitab neid apostlitega rääkides õrnalt.

Jeesus ütles: „Mul on paha meel näha, et me oleme pahased, sest ma lähen paganate juurde. Aga ma saan teha ainult oma kodutööd ja olla kõigile hea. Püüdke olla hea, vähemalt teie kolm ja teised John järgivad teid jäljendades. & Quot

"Aga kuidas sa kõigiga läbi saad?" Lõpuks need inimesed põlgavad meid, rõhuvad meid, ei mõista meid, on täis pahesid. ütles Jacques d'Alphée vabandades.

& quot Kuidas teha? Kas olete õnnelik, et sündisite Alpheusest ja Maarjast? & Quot

& quot; Jah, muidugi. Miks sa minult küsid? & Quot

& quot. Kui Jumal oleks teid enne rasestumist küsitlenud, kas oleksite neist sündinud? & quot

& quot; Aga jah. Ma ei saa aru. & quot

"Mis oleks, kui oleksite vastupidi sündinud paganast, kuuldes ennast süüdistatuna soovis sündida paganast, mida oleksite öelnud?"

& quot; Ma oleksin öelnud. Ma oleksin öelnud: "Ma ei vastuta. Ma sündisin temast, aga oleksin võinud sündida teisest & quot. Ma oleksin öelnud: "Sa oled mind ebaõiglane süüdistades. Kui ma ei tee haiget, siis miks sa mind vihkad? & Quot

& quot; Sa ütlesid seda. Ka need, keda sa põlgad, sest nad on paganad, võivad sama öelda. Teil pole mingit väärtust, kui sündisite tõelisest iisraellasest Alfeusest. Tuleb vaid tänada Issandat, et ta andis talle suure kingituse, ning tänutundes ja alandlikkuses püüda tuua tõelise Jumala juurde need, kes pole seda kingitust saanud. Sa pead olema hea. & Quot

"Raske on armastada neid, keda sa ei tunne!"

& quot Ei. Vaata. Sina, väike, tule siia. & Quot

Umbes kaheksa -aastane poiss läheneb nurgas koos kahe teise kamraadiga. Tugev poiss väga pruunide juustega, samas kui tema jume on väga valge.

"Mina olen Lucius, Caius Lucius, Caius Mariuse poeg, olen Roman, valvuri dekretsiooni poeg, kes jäi siia pärast haavamist."

"Need on Isaac ja Tobias." Kuid seda ei tohiks öelda, sest neid karistataks & quot

"Sest nad on heebrea ja mina olen roomlane ja meie ei saa."

& quot; aga sa jääd nende juurde. Miks? & Quot

"Sest me armastame üksteist." Mängime alati koos täringuid või hüppame. Aga me peidame. & Quot

"Ja mina, kas sa meeldiksid mulle?" Ma olen heebrea keel, olen ka mina ja ma pole laps. Mõelge sellele: ma olen meister, nagu preester. & Quot

"Ja mida see mulle teha saab?" Kui sa armastad mind, siis ma armastan sind ja ma armastan sind, sest sa armastad mind. & Quot

& quot; Sest sa oled hea. See, kes on hea, armastab. & Quot

"Siin, mu sõbrad, on armastuse saladus: olla hea. Nii et me armastame, mõtlemata, kas sellisel inimesel on sama usk või mitte. & Quot

Ja Jeesus, kes hoidis väikese Caius Luciuse käest, läks hellitama väikseid heebrealasi, kes hirmunult vankri ukse taha peitusid ja ütlesid neile: "Head lapsed on inglid. Inglitel on ainult üks kodumaa: paradiis, neil on üks religioon: ühe Jumala oma. Neil on ainult üks tempel: Jumala süda. Armasta üksteist alati nagu inglid. & Quot

& quot; aga kui meid nähakse, lööb meid. & quot

Jeesus vangutab kurvalt pead ega vasta.

Sale ja rinnakas naine helistab Luciusile, kes lahkub Jeesusest, hüüatades: „Ema!“ Ja ta karjub naise peale: „Mul on suurepärane sõber, tead?" Ta on meister!… & Quot

Naine ei lähe koos oma pojaga minema, vaid tuleb Jeesuse juurde ja küsib temalt: "Tere!" Kas olete Galileast pärit mees, kes eile sadamas rääkis? & Quot

& quot; Oota mind siis siin. Ma teen varsti. & Quot ja ta lahkub koos pisikesega.

Vahepeal saabusid teised apostlid peale Matteuse ja Johannese. Nad küsivad: "Kes see oli?"

"Roomalane, ma usun," vastasid Simon ja teised.

& quot; Ta ütles, et oodake siin. Saame teada. & Quot

Inimesed astusid vahepeal ligi ja ootasid uudishimulikult.

Naine naaseb koos teiste roomlastega. "Nii et teie olete peremees?" Küsib keegi, kes näeb välja nagu rikka maja sulane. Ja kinnitust saades küsib ta: "Kas teid häiriks see, kui raviksite väikese tüdruku Claudia sõbrast?" Laps sureb, sest ta lämbub ja arst ei tea, mille pärast ta sureb. Eile õhtul oli ta terve. Täna hommikul on tal piin. & Quot

Nad astuvad mõne sammu mööda tänavat, mis viib sinna, kus nad olid eile, ja jõuavad maja avatud väravasse, mis näib olevat roomlastega asustatud.

"Oota hetk." Mees tuli kiiresti sisse ja naasis kohe, öeldes: "Tule."

Kuid juba enne Jeesuse sisenemist ilmub silmapaistev, kuid nähtavalt piinatud välimusega noor naine. Tal on süles mõnekuune väike tüdruk, kes hülgab end ja on hull nagu uppuja. Ma ütleksin, et tal on surmav difteeria ja ta hakkab surema. Naine otsib varjupaika Jeesuse rinnus nagu laevahukkunud mees kuristikul. Ta nutab nii, et ta ei saa rääkida.

Jeesus võtab pisikese tüdruku, kellel on väikesed kramplikud liigutused, vahajates käeraudades, millel on juba lillad küüned. Ta tõstab ta üles. Tema väike pea ripub abitult, tagurpidi. Ema, ilma heebrea keele uhkuseta, libises Jeesuse jalge ette, tolmu sisse, ja ta nuttis oma näo ülespoole, juuksed pooleldi rikutud, käed väljas, klammerdudes Jeesuse riide ja mantli külge. Taga ja ümber vaatavad maja roomlased ja linna heebrealased.

Jeesus teeb parema nimetissõrme süljega märjaks ja paneb selle oma väikesesse hingeldavasse suhu, surudes selle sügavale. Väike tüdruk võitleb ja muutub veelgi mustemaks. Ema hüüab: "Ei! Ei! & Quot ja tundub, et keerleb noa all, mis teda läbistab. Inimesed hoiavad hinge kinni. Kuid Jeesuse sõrm tuleb välja hunniku mädaste membraanidega. Tütarlaps ei näe enam vaeva ja pärast mõne pisara valamist rahuneb süütu naeratusega maha, vehib käeraudu ja segab huuli nagu lind, kes piilub tiibu lehvitades ja noka ootab.

& quot; Võta ta, naine. Anna talle piima. Ta on terveks saanud. & Quot

Ema on nii uimastatud, et võtab pisikese ja jääb selliseks, nagu ta on, tolmu, perses, hellitab, imetab teda, hull, unustades kõik, mis pole tema pisike.

Roomalane küsib Jeesuselt: "Aga kuidas sa said?" Ma olen arst. prokonsul ja ma olen õpetlane. Proovisin takistust eemaldada, kuid see oli masendunud, liiga masendunud. Ja sina. samuti. & quot

"Te olete õpetlane, kuid teil pole tõelist Jumalat kaasas." Olgu ta õnnistatud! Hüvasti. & Quot Ja Jeesus läheb minema.

Kuid siin on väike rühm iisraellasi, kes tunnevad vajadust sekkuda. & quot; Kuidas sa lubasid endale võõrastele ligi? Nad on korrumpeerunud, ebapuhtad ja kes iganes neile läheneb, muutub nende sarnaseks. & Quot

Jeesus vaatab neile karmilt otsa - neid on kolm - ja ütleb siis: "Kas sa pole Agge? Asoti mees, kes tuli siia eelmisel kuul Tisrist, et otsida äri kaupmehelt, kes elab vana kevade vundamendi lähedal? Ja sina, kas sa pole Rama Joosep, kes tulid siia Rooma arsti juurde ja nagu mina, kas sa tead, miks? Ja siis? Kas sa ei arva, et oled ebapuhas? & Quot

& quot; Arst pole kunagi võõras. Ta tervendab keha ja keha on kõigile ühesugune. & Quot

& quot; ka hing, rohkem kui keha. Lõppude lõpuks, mille eest ma hoolitsesin? Lapse süütu keha ja samamoodi loodan ma tervendada võõraste, kes pole süütud, hinged. Arstina ja Messiana võin läheneda igale inimesele. & Quot

& quot Ei, Aggée? Ja miks teete äri Rooma kaupmehega? & Quot

"Ta on mulle lähedal ainult kauba ja raha kaudu."

& quot; Ja kuna te ei puuduta tema liha, vaid ainult seda, mida tema käsi on puudutanud, ei tundu teile, et sa saastate ennast. Oh! pime ja julm!

Kuulake kõiki. Just selle prohveti raamatus, kelle nime see mees kannab, on öeldud: "Esitage preestritele see Seaduse küsimus: kas liha, leiba või õli või muud toitu pühitsetakse?" Ja preestrid vastasid: "Ei." Siis ütles Haggai: "Kui keegi, kes on ebapuhas surnu puudutamisel, puudutab ühte neist asjadest, kas ta siis rüvetatakse?" Ja preestrid vastasid: "Jah."

Selle kavala, valetava ja ebajärjekindla tegutsemisviisiga välistate ja mõistate hukka head ning aktsepteerite ainult seda, mis on teie huvides. Seega pole enam põlgust ega vastikust Inimesevigastuste vältimiseks otsustate, kas üks asi on ebapuhas või muudab selle ebapuhtaks, kui teine ​​mitte. Ja kuidas saate teie, valetavad suud, tunnistada, et kui see, mis on püha liha või püha asja puudutamise eest pühitsetud, ei pühitse seda, mida see puudutab, ja et see, mis on puudutanud ebapuhast asja, võib muuta selle ebapuhtaks, mida see puudutab?

Te ei saa aru, et te eitate ennast, ministrid, kes valetavad tõeseadusele, mis kasutab seda ära, väänates seda nöörina ainsa eesmärgiga saada sealt midagi välja, mis teenib teie huve. Silmakirjalikud variserid, kes valavad usulise ettekäändega välja teie inimliku, inimliku pahameele, rüvetades Jumalale kuuluva. Jumala sõnumitooja vaenlased, keda te solvate? Tõepoolest, ma ütlen teile tõepoolest, et iga teie tegu, iga teie järeldus, iga teie samm on juhitud nutika mehhanismiga, mis toimib rataste, vedrude, raskuste ja sidumisvardadena, teie isekus, teie kired, teie puudumine siirus, teie vihkamine, teie janu võimu järele, teie soovid.

Häbi! Ahne, hirmust värisev, vihkav, sa elad uhkes hirmus, et teine ​​on sinust üle, isegi kui ta pole sinu kastist. Ja siis sa väärid olla nagu see, kes tekitab sinus hirmu ja viha! Teie, nagu Aggea ütleb, teete kahekümne hunniku kuhjast ühe kümnest ja viiekümne tünni hunnikust ühe kahekümnest, pannes vahe tasku, näiteks peaksite andma mehele ja armastuse pärast, mida peaksite andma Jumalale, ära võta ära põõsahunnikust ja tünnihunnikust, vaid näljaste jaoks oma hüvangust. Sa väärid põlevat tuult, roostet ja rahet, et kõik oma käte tööd steriliseerida.

Kes teie seast tuleb minu juurde? Need, need, kes on teie jaoks sõnnik ja saast, need täielikud teadmatused, kes isegi ei tea, et tõeline Jumal on olemas, tulevad need, kellele see Jumal end sõnades ja tegudes esitleb. Aga sina, aga sina! Olete teinud endale niši ja elate seal. Kuiv, külm kui ebajumalad, kes ootavad viirukit ja jumalateenistust. Ja kuna te usute jumalatesse, tundub mõttetu mõelda tõelisest Jumalast sellisena, nagu teda peaks arvama, ja kuna teile tundub ohtlik, et teised peale teie julgevad seda, mida teie ei julge. Tegelikult ei saa te teda julgeda, sest olete ebajumalaid ja sellepärast, et olete ebajumala teenijad. Aga kes julgeb, saab, sest see pole tema, kuri Jumal, kes temas tegutseb.

Ole nüüd! Teatage neile, kes teid mu kannul saatsid, et ma põlgan kaupmehi, kes ei pea saastatuseks kauba müüki ega kodumaad ega templit neile, kellelt nad raha saavad. Ütle neile, et ma olen vastik jõhkardite vastu, kes kummardavad ainult oma liha, oma verd ja kes ei tunne oma tervenemise pärast saastumist välisriigi arsti juurde. Ütle neile, et on ainult üks mõõt, mis on kõigi jaoks võrdne, mitte kaks. Ütle neile, et mina, Messias, Õige, Nõustaja, imetlusväärne, kellel on peal Issanda Vaim koos oma seitsme kingitusega. vastavalt vaimu häältele, mida ta kuuleb iga inimese sees. See, kes kaitseb alandlikke ja mõistab kohut vaeseid õiglaselt, kes ma olen, sest ma olen see, juba mõistab kohut ja peksab neid, kes on maa peal, ja mu hingeõhk tapab jumalatu ja hävitab tema aheliku, samal ajal kui see on elu ja valgus, vabadus ja rahu neile, kes soovivad õiglust ja usku tulla minu pühale mäele, et olla rahul Issanda teadusega. See on Jesajalt, kas pole?

Minu inimesed! Kõik tuleb Aadamalt ja Aadam pärineb minu Isalt. Nii et kõik on Isa töö ja mul on kohustus teid kõiki Isa juurde koguda. Ja mina, ma toon nad teie juurde, püha isa, igavene, võimas, toon nad teie juurde rändavate poegade juurde pärast nende kogumist, kutsudes neid armastuse häältega, kogudes nad oma pastoraalse varda alla, mis on sarnane sellele, mille vastu Mooses tõstis maod, kelle hammustus oli surmav. Et teil oleks oma kuningriik ja oma rahvas. Ja ma ei tee meestel vahet, sest iga elusolendi põhjas näen tulest heledamat punkti: hinge, sädet, mis tuleb sinult, igavene hiilgus. Oh mu igavene soov! Oh mu väsimatu tahe!

Seda ma tahan, seda põletan. Maa, mis laulab kogu teie nime. Inimkond, kes kutsub sind isaks. Lunastus, mis päästab nad kõik. Tugevdatud tahe, mis paneb nad kõik teie tahtele alluma. Igavene triumf, mis täidab paradiisi lõputu hoosnanaga. Oh! Taevahulk. Siin näen Jumala naeratust. ja see on kompensatsioon kogu meeste kõvaduse eest. & quot

Kolm põgenesid etteheitevihma alla. Kõik teised, roomlased või heebrealased, jäid sõnatuks. Rooma naine koos väikese piimaga küllastunud naisega, kes magab rahulikult ema rinnal, on jäänud sinna, kus ta oli, peaaegu Jeesuse jalge ette ning nutab emalikust rõõmust ja hingelisest rõõmust. Paljud nutavad Jeesuse vastupandamatu järelduse pärast, kes paistab tema ekstaasis lõõmavat.

Ja Jeesus alandab oma silmad ja vaimu maa peal taevast, näeb rahvahulka, näeb ema. ja möödaminnes puudutab ta pärast kõigi hüvastijätmisviisi noore Rooma kätt, justkui õnnistaks teda tema usu pärast. Ja ta lahkub koos oma rahvaga, samal ajal kui inimesed, kes on endiselt emotsioonide all, jäävad oma kohale ...

(Noor Rooma, kui mitte juhuslik sarnasus, on üks roomlastest, kes oli koos Jeanne de Chouzaga Kolgata teel. Kuna keegi ei öelnud tema nime, olen ma ebakindel.)


Jeesus ravib väikese Rooma

* "Ma sain aru, et" Maarja "jälgib mind, et ma olen Tema laps.
Samuti sain talle anda ainult nime "ema", sest ta tundus mulle isegi õrnem kui "ema".
*

Püha Therese of the Child Jeesus ja Püha nägu


Maud
Sõnumid: 9656
Registreerimise kuupäev: 20.01.2016
Asukoht: Prantsusmaa
Püha eestpalvetaja: Püha Neitsi Maarja, Püha Therese of the Child Jesus and the Holy Face, Therese of Avila

Re: Maria Valtorta töö: "Püha kolmapäev. Jeesus puhkab koos oma ema ja naisjüngritega"

juuksed Maud E 25. nov - 7.31

"Annalia tunnistab neitsilikkust"

Visioon pühapäevast, 6. maist 1945

Jeesus koputab Peetruse, Andrease ja Johannese saatel oma maja uksele Naatsaretis. Ema avaneb kohe, tema nägu säras säravas naeratuses, kui ta oma Jeesust nägi.

& quot: Sa tuled õigeks ajaks, mu poeg! Eilsest saadik ootab mind ees puhas tuvi. Ta tuleb kaugelt ja temaga kaasas olev inimene ei saanud enam jääda. Kui ta nõu küsis, ütlesin talle, mida ma saaksin teha. Aga sina üksi, mu Poeg, oled Tarkus. Head tagasitulekut ka teile. Tule kohe sööma. & Quot

& quot; Jah, jää siia. Ma näen kohe seda olendit mind ootamas. & Quot

Uudishimu on elav kõigis kolmes, kuid erinevate aspektidega. Pierre vaatab huviga igalt poolt, justkui lootes näha läbi seinte, tundub, et John tahab Maarja naeratavalt näolt lugeda võõra nime, Andrew, vastupidi, kes punastas järsult, suunab kõik oma silmad Jeesuse poole, ja vaikne anumine väriseb tema pilgus ja huultel.

Kuid Jeesus ei hooli kellestki. Samal ajal kui kolm otsustavad siseneda kööki, kus Maarja neile süüa ja tulesoojust pakub, tõstab Jeesus kardina, mis peidab aeda viiva ava ja ta läheb välja. Õrn päike muudab aias suure mandlipuu õitsevad oksad veelgi õhulisemaks ja ebareaalsemaks.

Üksinda õitsev, suurim aia puudest, uhke oma valge-roosa siidrõivaga, mis on vastuolus teiste alastusega: pirn, õun, viigimari, viinapuu, granaatõun, kõik veel kuivad ja kooritud, uhke oma sädeleva looriga ja oliivipuude alandliku halli kõrval särav, tundub, et ta püüdis oma pikkade okstega väga heleda pilve, mis oli kadunud taevasinise taevavälja, ja mässis end sellesse, et kõigile öelda: & quot; Kevadpulmad on tulemas, rõõmustage , puud ja loomad. C'est l'heure des baisers échangés avec les vents, avec les abeilles ou les fleurs. C'est l'heure des baisers sous les tuiles ou dans le feuillage des buissons, ô oiseaux de Dieu, ô blanches brebis. Aujourd'hui les baisers, demain les petits pour perpétuer l'œuvre du Créateur notre Dieu."

Jésus, les bras croisés sur la poitrine, sourit, debout dans le soleil à la grâce pure, tranquille du jardin maternel avec ses parterres de lis que dénoncent les premières touffes de feuilles, avec ses rosiers encore dépouillés, et l'olivier argenté, avec les autres familles de fleurs répandues à travers les humbles planches de légumes et de salade qui commencent tout juste à verdir. Pur, rangé, gentil, il paraît exhaler la candeur d'une parfaite virginité.

"Fils, viens dans ma chambre. Je te la conduirai. Elle s'est réfugiée là-bas au fond quand elle a entendu tant de voix."

Jésus entre dans la petite chambre maternelle, la chaste, la très chaste petite chambre qui a entendu les paroles de l'angélique colloque et exhale plus que le jardin, la nature virginale, angélique, sainte de Celle qui l'habite depuis des années et de l'Archange qui en elle a vénéré sa Reine. S'est-il écoulé plus de trente ans ou bien était-ce hier la rencontre ? Encore aujourd'hui la quenouille porte sa moelleuse et presque argentée touffe d'étamine et voilà le fil sur le fuseau. Une broderie pliée se trouve sur la petite table près de la porte entre un rouleau de parchemin et une amphore de cuivre avec un rameau feuillu de l'amandier fleuri et encore maintenant le rideau rayé, tombé sur le mystère de la virginale demeure, palpite sous un vent léger et le lit rangé dans son coin qui a toujours son aspect gentil de lit de fille qui arrive tout juste au seuil de la jeunesse. Que de songes se sont faits et se feront sur le petit oreiller ?…

Le rideau se lève lentement sous la main de Marie. Jésus qui debout, tournant le dos à la porte contemplait ce nid de pureté, se retourne.

"Voici mon Fils, je te l'amène. Une agnelle et tu es son Berger." et Marie qui est entrée tenant par la main une toute jeune brunette élancée qui rougit vivement en apparaissant devant Jésus, se retire doucement en laissant tomber le rideau.

"La paix soit à toi, jeune fille."

"La paix. Seigneur. " La jeune fille reste sans parole, très émue, mais elle s'agenouille, la tête penchée vers la terre.

"Lève-toi, que veux-tu de Moi ? N'aie pas peur. "

"Ce n'est pas la peur. mais. maintenant que je suis devant Toi. après l'avoir tant voulu. tout ce qu'il me paraissait facile, nécessaire de te dire. je ne le trouve plus. il ne me vient plus ce. Je suis .sotte. pardonne-moi, mon Seigneur. "

"Tu demandes grâce pour la terre ? Tu as besoin de miracle ? Tu as des âmes à convertir ? Non ? Et alors ? Allons, parle ! Tu as eu tant de courage et maintenant il te manque ? Ne sais-tu pas que je suis Celui qui fortifie ? Oui ? Tu le sais ? Et alors parle comme si j'étais un père Pour toi. Tu es jeune. Quel âge as-tu ?"

"Le cher nom de ma grand-mère et de tant d'autres saintes femmes d'Israël , et avec lui, celui de la bonne, douce, fidèle, affectueuse épouse de Jacob. Il te portera bonheur. Tu seras épouse et mère exemplaire. Non ? Tu secoues la tête ? Tu pleures ? Tu as peut-être été repoussée ? Non plus ? L'homme que tu devais épouser est mort ? Personne ne t'a encore demandée ?"

La jeune fille secoue toujours la tête.. Jésus fait un pas, la caresse, a force à lever la tête et à le regarder . Le sourire de Jésus triomphe du trouble de la jeune fille. Elle s'enhardit : "Seigneur, je serais épouse et heureuse grâce à Toi. Tu ne me reconnais pas, mon Seigneur ? Je suis la phtisique, la fiancée mourante que tu as guérie sur la prière de ton Jean. Depuis ta grâce, moi. moi j'ai eu un autre corps : sain celui-là, à la place de celui que j'avais auparavant, mourante et j'ai eu une autre âme. Je ne sais pas… Il me semblait que je n’étais plus moi. La joie d’être guérie, la certitude donc de pouvoir me marier - c'était mon regret en mourant de ne pas arriver à être épouse - cela n'a duré que pendant les premières heures. Et puis…" La jeune fille s'enhardit toujours plus elle retrouve les mots et les idées qu'elle avait perdus dans son trouble d'être seule avec le Maître. ". Et puis j'ai compris que je ne devais pas être égoïste, ni penser seulement : "Maintenant, je vais être heureuse", mais je devais penser à quelque chose de plus et qui devait venir à Toi, à Dieu, ton Père et le mien.

Une petite chose, mais qui disait que j'étais reconnaissante. J'ai beaucoup réfléchi et quand, le sabbat suivant, j'ai vu l'époux, je lui ai dit : "Ecoute, Samuel. Sans le miracle, je serais morte en quelques mois et tu m'aurais perdue pour toujours. Maintenant, je voudrais faire à Dieu un sacrifice, toi avec moi, pour dire à Dieu que je le loue et que je le remercie", Et Samuel a dit tout de suite, car il m'aime : "Allons au Temple ensemble pour immoler la victime". Mais moi, ce n'était pas ce que je voulais. Je suis pauvre et fille du peuple, mon Seigneur. Je suis ignorante et j'ai peu de moyens. Mais à travers ta main posée sur ma poitrine malade, quelque chose était venue non seulement dans mes poumons rongés, mais à l'intérieur de mon cœur. Dans les poumons la santé, dans le cœur la sagesse. Et j'ai compris que le sacrifice d'un agneau n'était pas le sacrifice voulu par mon esprit qui t'aimait. Toi." La jeune fille se tait rougissante après sa déclaration d'amour.

"Continue, sans crainte. Que voulait ton esprit ?"

"Te sacrifier quelque chose qui soit digne de Toi, Fils de Dieu ! Et alors. et alors j'ai pensé que ce devait être quelque chose de spirituel, comme ce qui vient de Dieu, c'est-à-dire le sacrifice de suspendre mes noces pour l'amour de Toi, mon Sauveur. Grande joie, les noces, sais-tu ? Quand on s'aime, c'est une grande chose ! On désire, on a hâte qu'elles soient accomplies . Mais je n'étais plus celle de quelques jours auparavant. Je ne les voulais plus comme ce qu'il y avait de plus beau. Je l'ai dit à Samuel. et lui m'a compris. Lui aussi a voulu se faire nazir pour un an à dater du jour qui aurait dû être celui des noces, c'est-à-dire le jour qui suit les calendes d'Adar. En attendant il est allé à ta recherche pour aimer Celui qui lui avait rendu l'épouse, l'aimer et le connaître: Toi. Et il t'a trouvé après plusieurs mois à "La Belle Eau". Moi aussi je suis venue. et ta parole a fini de changer mon cœur. Maintenant le vœu d'avant ne me suffit plus. Comme cet amandier là-dehors, qui sous le soleil toujours plus chaud est revenu à la vie après être resté mort pendant des mois et s'est garni de fleurs, et puis ce sera les feuilles et les fruits, ainsi j'ai toujours progressé dans la sagesse de ce qui est meilleur. La dernière fois, désormais sûre de moi et de ce que je voulais - pendant tous ces mois-ci, j'y ai réfléchi - la dernière fois que je suis venue à "La Belle Eau", tu n'y étais plus. Ils t'avaient chassé. J'ai tant pleuré et tant prié le Très-Haut qu'Il m'a exaucée, persuadant ma mère de m'envoyer ici avec un parent qui allait à Tibériade pour parler aux courtisans du Tétrarque. Le régisseur m'avait dit que je t'aurais trouvé ici. J'ai trouvé ta Mère. et ses paroles. Rien que de l'entendre et de rester à. côté d'elle pendant ces deux jours, a fini de mûrir le fruit de ta grâce." La jeune fille s'est agenouillée comme devant un autel avec les bras croisés sur sa poitrine.

"C'est bien. Mais, que veux-tu de précis? Que puis-je faire pour toi ?"

"Seigneur, je voudrais. je voudrais une grande chose, Et Toi seul, Maître de la vie et de la santé, peux me la donner. Car je pense que ce que tu peux donner, tu peux aussi l'enlever. Je voudrais que la vie que tu m'as donnée, tu me l'enlèves au cours de l'année de mon vœu, avant qu'elle ne se termine. "

"Mais pourquoi ? N'es-tu pas reconnaissante à. Dieu pour la santé que tu as recouvrée ?"

"Tellement ! Sans mesure ! Mais, pour une seule chose: car en vivant de sa grâce et de ton miracle j'ai compris ce qui était le meilleur."

"C'est vivre comme les anges. Comme ta Mère, mon Seigneur. comme tu vis. comme vit ton Jean. Les trois lis, les trois flammes blanches, les trois béatitudes de la terre, Seigneur. Oui, parce que je pense que c'est une béatitude de posséder Dieu et que Dieu est en possession des purs. Celui qui est pur, c'est un Ciel avec Dieu au centre, et tout autour les anges. Oh ! mon Seigneur ! C'est cela que je voudrais . Je t'ai peu entendu, j'ai peu entendu ta Mère, et le disciple et Isaac. Je n'en ai pas fréquenté d'autres qui me disent tes paroles, Mais il me semble que mon esprit t'entend toujours et que tu es pour lui un Maître. J'ai fini, mon Seigneur. "

"Annalia, c'est beaucoup ce que tu demandes, et c'est beaucoup ce que tu donnes. Ma fille, tu as compris Dieu et la perfection à laquelle la créature peut s'élever pour ressembler au Très Pur et pour plaire au Très Pur." Jésus a pris entre ses mains la tête brune de la jeune fille agenouillée et lui parle en se penchant sur elle. "Celui qui est né d'une Vierge - car il ne pouvait faire son nid que sur un tas de lis - est écœuré par la triple convoitise du monde, et s'affaisserait écrasé par un tel écœurement si le Père, qui sait de quoi vit son Fils, n'intervenait pas par des aides amoureuses pour soutenir mon âme angoissée. Ceux qui sont purs sont ma joie. Tu me rends ce que le monde m'enlève par son inépuisable bassesse. Que le Père en soit béni, et toi aussi, jeune fille. Va tranquille. il se produira quelque chose pour rendre éternel ton vœu. Sois un des lis répandus sur le chemin sanglant du Christ."

"Oh ! mon Seigneur. je voudrais encore une chose. "

"Ne pas assister à ta mort. Je ne pourrais voir mourir Celui qui est ma Vie."

Jésus sourit doucement et de sa main il essuie deux ruisseaux de larmes qui descendent le long du visage brun. "Ne pleure pas. Les lis ne sont jamais en deuil. Tu riras avec toutes les perles de ta couronne angélique, quand tu verras le Roi couronné entrer dans son Royaume. Va. Que l'Esprit du Seigneur te dirige entre l'une et l'autre de mes venues. Je te bénis par les flammes de l'éternel Amour."

Jésus s'avance dans le jardin et appelle: "Mère ! Voici une petite fille toute entière pour toi. Maintenant, elle est heureuse. Mais toi, immerge-la dans ta blancheur, maintenant et chaque fois que nous irons à la Cité Sainte, pour qu'elle soit une neige de pétales célestes répandus sur le trône de l'Agneau." Et Jésus revient vers les siens, pendant que Marie caresse la jeune fille en restant avec elle.

Pierre, André et Jean le regardent, interrogateurs, et le visage resplendissant de Jésus leur dit qu'il est heureux. Pierre n'y tient plus et demande : "Avec qui as-tu tant parlé, mon Maître ? Et qu'as-tu entendu pour que la joie t'illumine ainsi ?"

"Avec une femme à l'aube de la vie, avec celle qui sera l'aube de tant d'autres qui viendront."

André murmure doucement, pour lui-même : "Ce n'est pas elle. "

"Non, ce n'est pas elle mais ne te lasse pas de prier avec patience et bonté. Chaque mot de ta prière est comme un rappel, une lumière dans la nuit, qui la soutient et la guide."

"Mais qui est-ce qu'il attend, mon frère ?"

"Une âme, Pierre, une grande misère qu'il veut transformer en une grande richesse."

"Et où l’a-t-il trouvée, André, qui ne bouge jamais, ne parle jamais, ne prend jamais d'initiatives ?"

"Sur mon sentier. Viens avec Moi, André. Allons chez Alphée le bénir au milieu de ses nombreux petits-enfants. Vous, attendez- moi dans la maison de Jacques et Jude. Ma Mère a besoin qu'on la laisse seule, tout ce jour."

Ils vont ainsi, les uns d'un côté, les autres de l'autre, et le secret entoure la joie de la première qui, pour l'amour du Christ, s'est vouée à la virginité.

Annalia (Annalea)

La première des vierges consacrées à Jésus

Présentation générale

Fille d'Élise de Jérusalem, habitant le quartier populaire d'Ophel. Fiancée à Samuel, elle tombe gravement malade avant d'être guérie sur la prière de Jean. Dès lors, elle se consacre entièrement à Jésus.

Selon sa demande, elle meurt avant de voir la Passion de Jésus.

Caractère et aspect

Une toute jeune brunette élancée . 16 ans. "Je suis la fiancée (de Samuel) mourante que tu as guérie sur la prière de ton Jean"
.
Parcours apostolique

Après sa guérison des frontières de la mort, se produit en elle un chemin de conversion. Elle se sent attirée par un don total. Elle partage ce vœu avec Samuel son fiancé et vient faire vœu de virginité devant Jésus et lui demande la grâce de mourir avant Jésus. "Annalia, c'est beaucoup ce que tu demandes, et c'est beaucoup ce que tu donnes. Ma fille, tu as compris Dieu et la perfection à laquelle la créature peut s'élever pour ressembler au Très Pur et pour plaire au Très Pur." Elle réitère son vœu lorsque, sentant l'hostilité croître envers Jésus, elle comprend que l'heure de sa mort annoncée approche

Elle trouve refuge à Jérusalem Elle renouvelle son vœu après la rupture brutale avec son fiancé. Sa mère dans un premier temps, en a le cœur déchiré puis se range à ses raisons

Elle est bientôt rejointe par de nouvelles vierges : les deux filles de Philippe l’apôtre et Miryam, la fille ressuscitée de Jaïre (5., puis par sa propre parente Sara

Son vœu est exaucé : elle voit le triomphe de Jésus entrant à Jérusalem le dimanche des rameaux et meurt immédiatement après . "Elle est morte par la joie d'aimer"

Nom composé de "Anne" et de "Léa" car Jésus commente la présentation d'Annalia : "Le cher nom de ma grand-mère et de tant d'autres saintes femmes d'Israël et avec lui, celui de la bonne, douce, fidèle, affectueuse épouse de Jacob"

* "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi , que j'étais Son enfant .
Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait encore plus tendre que celui de " Mère "
*

Ste Thérèse de l' Enfant Jésus et de la Sainte Face


Maud
Messages : 9656
Date d'inscription : 20/01/2016
Localisation : France
Saint intercesseur : Sainte Vierge Marie , Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face , Sainte Thérèse d' Avila

Re: Œuvre de Maria Valtorta : "Le mercredi saint. Jésus se repose avec sa Mère et les femmes disciples"

par Maud Mar 26 Nov - 7:28

" Enseignements à Nazareth pour les femmes disciples"

Vision du lundi 7 mai 1945

Jésus est encore à Nazareth, dans sa maison, ou plutôt dans son ancien atelier de menuisier. Avec Lui se trouvent les douze apôtres, et de plus : Marie, Marie mère de Jacques et Jude, Salomé, Suzanne et, chose nouvelle, Marthe. Une Marthe bien affligée, avec sous les yeux des marques évidentes de larmes. Une Marthe dépaysée, intimidée d'être ainsi seule, auprès d'autres personnes et auprès, surtout, de la Mère du Seigneur. Marie cherche à lui faire prendre contact avec les autres et à faire disparaître cette impression de malaise dont elle voit qu'elle souffre. Mais ses caresses semblent plutôt gonfler le cœur de la pauvre Marthe. Rougeurs et grosses larmes alternent sous le voile qu'elle tient abaissé sur sa douleur et son malaise.

Jean entre avec Jacques d'Alphée. "Elle n'est pas là, Seigneur. Elle est allée avec son mari en visite chez une amie. C'est ce qu'ont dit les serviteurs" dit Jean.

"Cela lui déplaira sûrement. Mais elle pourra toujours te voir et recevoir tes enseignements" conclut Jacques d'Alphée.

"C'est bien. Ce n'est pas le groupe des femmes disciples que je pensais. Mais, vous le voyez : à la place de Jeanne absente se trouve présente Marthe, fille de Théophile, sœur de Lazare. Les disciples savent qui est Marthe. Ma Mère aussi, toi aussi, Marie, et peut-être toi aussi Salomé, vous savez déjà par vos fils qui est Marthe, non pas tant comme femme selon le monde que comme créature aux yeux de Dieu. Toi, Marthe, de ton côté, tu sais quelles sont celles qui te considèrent comme une sœur et qui t'aimeront tant. Sœur et fille. De cela tu as tant besoin, ma bonne Marthe, pour avoir aussi le réconfort humain d'affections honnêtes que Dieu ne condamne pas mais qu'Il a donné à 1'homme pour le soutenir dans les difficultés de l'existence.

Et Dieu t'a amenée ici, justement à l'heure que j'ai choisie pour donner les bases, je pourrais dire le canevas sur lequel vous broderez votre perfection de disciples. Disciple veut dire qui suit la discipline du Maître et celle de sa doctrine. Pour cette raison, au sens large on appellera disciples tous ceux qui maintenant et dans les siècles à venir suivront ma doctrine. Et pour éviter tant de noms en disant : disciples de Jésus selon l'enseignement de Pierre ou d'André, de Jacques ou de Jean, de Simon ou de Philippe, de Jude ou de Barthélemy ou de Thomas et Mathieu, on dira un seul nom qui les réunira sous un signe unique : chrétiens

Mais dans la grande masse de ceux qui suivront ma doctrine, j'ai déjà choisi les premiers et puis les seconds, et ainsi fera-t-on au cours des siècles en mémoire de Moi. Comme au Temple, et avant encore, avec Moïse, il y eut le Pontife, les prêtres, les lévites, ceux qui étaient préposés aux divers services, offices et charges, les chanteurs et ainsi de suite, de la même façon, dans mon nouveau Temple, grand comme la terre entière, destiné à durer autant qu'elle il y aura des grands et des petits, tous utiles, tous aimés de Moi, et de plus il y aura les femmes, la nouvelle catégorie qu'Israël a toujours méprisée en les confinant dans le Temple aux cantiques des vierges ou à l'instruction des vierges, et rien de plus.

Ne discutez pas si c'était juste. Dans la religion fermée d'Israël et au temps du Courroux, c'était juste. Toute la honte retombait sur la femme, origine du péché. Dans la religion universelle du Christ, et au temps du pardon, tout cela est changé. Toute la Grâce s'est rassemblée en une femme et Elle l'a enfantée au monde pour qu'il soit racheté. La femme n'est donc plus marquée par le dédain de Dieu, mais elle est l'aide de Dieu. Et par la Femme, l'aimée du Seigneur, toutes les femmes pourront devenir disciples du Seigneur, non seulement comme la masse, mais comme prêtresses d'ordre inférieur, coadjutrices des prêtres qu'elles peuvent tant aider, pour eux-mêmes, pour les fidèles et ceux qui ne sont pas fidèles pour ceux qu'amènera à Dieu non pas tant le rugissement de la parole sainte que le sourire saint de l'une de mes disciples.

Vous m'avez demandé de venir, comme les hommes, à ma suite. Mais, seulement venir, seulement écouter, seulement en faire l'application, c'est trop peu pour Moi en ce qui vous concerne. Ce serait votre sanctification, grande chose, mais elle ne me suffit pas. Je suis le Fils de l'Absolu, et de mes privilégiés je veux l'absolu. Je veux tout, car j'ai tout donné.

En outre, il n'y a pas que Moi, mais il y a aussi le monde. Cette chose redoutable qu'est le monde. Il devrait être redoutable en sainteté : une sainteté illimitée, en nombre et en puissance de la multitude des fils de Dieu. Au contraire, le monde est redoutable par sa perversité. Sa complète perversité est réellement illimitée dans le nombre de ses manifestations et la puissance du vice. Tous les péchés se trouvent dans le monde qui n'est plus la multitude des fils de Dieu mais la multitude des fils de Satan, et bien vivant est le péché qui porte le signe le plus claire de sa paternité : la haine.

Le monde hait. Celui qui hait voit, et veut faire voir même à ceux qui ne le voient pas, le mal dans les choses les plus saintes. Si vous demandiez au monde pourquoi je suis venu, il ne vous dirait pas : "Pour faire du bien et racheter". Mais il vous dirait : "Pour corrompre et dominer". Si vous demandiez au monde ce qu'il pense de vous qui me suivez, il ne dirait pas : "Vous le suivez pour vous sanctifier et pour réconforter le Maître par la sainteté et la pureté". Mais il dirait : "Vous suivez cet homme parce qu'il vous séduit".

Le monde, c'est cela. Et je vous le dis aussi pour que vous mesuriez tout avant de vous présenter au monde comme des disciples choisies, les chefs de file des futures disciples, coopératrices des serviteurs du Seigneur. Prenez bien votre cœur en mains, et dites-lui à ce cœur sensible de femmes qu'est votre cœur, que vous, et lui avec vous, serez ridiculisées, calomniées, qu'on vous crachera au visage, que le monde vous piétinera par son mépris, ses mensonges, sa cruauté. Demandez-lui s'il se sent capable de recevoir toutes les blessures sans crier d'indignation en maudissant ceux qui le blessent. Demandez-lui s'il se sent capable d'affronter le martyre moral de la calomnie sans arriver à haïr les calomniateurs et la Cause pour laquelle on le calomniera. Demandez-lui si, abreuvé et recouvert par la rancœur du monde, il saura toujours exhaler l'amour, si empoisonné par l'absinthe il saura présenter le miel, si, en souffrant toutes espèces de tortures par incompréhension, mépris, dénigrement, il saura continuer à sourire en montrant du doigt le Ciel, le but auquel vous voulez amener les autres, les amener par tendresse féminine, maternelle même chez les jeunes filles, maternelle même si elle se donne à des personnes âgées qui pourraient être vos grands-parents mais qui, du point de vue spirituel, viennent seulement de naître et sont incapables de comprendre et de se diriger sur leur route, dans la vie, dans la vérité, dans la sagesse que je suis venu donner en me donnant Moi-même: Route, Vie, Vérité, Sagesse divine. Je vous aimerai de même, même si vous me dites : "Je n'en ai pas la force, Seigneur, de défier le monde entier pour Toi".

Hier, une jeune fille m'a demandé que je l'immole avant que ne sonne pour elle l'heure des noces, car elle sent qu'elle m'aime, comme on aime Dieu, c'est-à-dire avec toute elle-même, dans la perfection absolue du don de soi. Et je le ferai. Je lui ai caché l'heure pour que son âme ne tremble pas de peur et plus que son âme sa chair. Sa mort sera semblable à celle d'une fleur qui un soir ferme sa corolle, croyant l'ouvrir encore le lendemain et ne l'ouvre plus parce que le baiser de la nuit a aspiré sa vie.

Et je le ferai, selon son désir en anticipant de peu de jours son sommeil de mort du mien. Pour ne pas la faire attendre aux Limbes, cette vierge, ma première vierge, pour la trouver tout de suite en expirant. Ne pleurez pas ! Je suis le Rédempteur. mais cette sainte jeune fille ne s'est pas bornée à l'hosanna aussitôt après le miracle, mais elle a su exploiter le miracle, comme de l'argent prêté à intérêt. Elle est passée de la reconnaissance humaine à une reconnaissance surnaturelle, d'un désir terrestre à un désir ultra-terrestre. Elle a montré une maturité d'esprit supérieure à celle de presque tout le monde. Je dis "presque" parce que, parmi vous qui m'écoutez, il y a des perfections égales et encore supérieures. Elle ne m'a pas demandé de me suivre. Au contraire elle a manifesté le désir d'accomplir son évolution pour de jeune fille devenir ange, dans le secret de sa demeure. Et pourtant, je l'aime tant qu'aux heures de dégoût pour ce qu'est le monde, j'évoquerai le souvenir de cette douce créature, en bénissant le Père qui essuie mes larmes et mes sueurs de Maître d'un monde qui ne veut pas de Moi, avec ces fleurs d'amour et de pureté. Mais, si vous voulez, si vous avez le courage de rester les femmes disciples choisies, je vais vous indiquer le travail que vous devez faire pour justifier votre présence et votre élection auprès de Moi et auprès des saints du Seigneur. Vous pouvez faire tant auprès de vos semblables et à l'égard des ministres du Seigneur. Je l'ai indiqué à Marie d'Alphée, il y a maintenant plusieurs mois.

Comme est nécessaire la femme auprès de l'autel du Christ ! Les misères infinies du monde peuvent être soignées par une femme beaucoup mieux que par un homme et puis être amenées à l'homme pour la guérison complète. Beaucoup de cœurs, et spécialement des cœurs de femmes, s'ouvriront à vous, femmes disciples. Vous devez les accueillir, comme si c'était de chers enfants dévoyés qui reviennent à la maison paternelle et qui n'osent pas affronter leur père. Vous serez celles qui réconfortent le coupable et amadouent le juge. Il en viendra à vous beaucoup qui cherchent Dieu. Vous les accueillerez comme des pèlerins fatigués en leur disant : "C'est ici la maison du Seigneur. Il va venir tout de suite" et, en attendant, vous l'entourerez de votre amour. Si ce n'est pas Moi, ce sera un de mes prêtres qui viendra.

La femme sait aimer. Elle est faite pour aimer. Elle a avili l'amour en en faisant une convoitise des sens mais, au fond de sa chair, est toujours prisonnier le véritable amour, la gemme de son âme: l'amour dépouillé de l'âcreté fangeuse des sens, fait d'ailes et de parfums angéliques, fait de flamme pure et de souvenirs de Dieu, de son origine divine, de sa création faite par Dieu. La femme : le chef-d’œuvre de la bonté auprès du chef-d’œuvre de la création qu'est l'homme : "Et maintenant, qu'on donne à Adam sa compagne pour qu'il ne se sente pas seul" Elle ne doit pas abandonner les Adam. Prenez donc cette capacité d'amour et qu'elle serve à l'amour du Christ et par le Christ à celui du prochain. Soyez toute charité auprès des coupables repentis. Dites-leur de ne pas avoir peur de Dieu. Comment ne sauriez-vous pas remplir cet office, vous qui êtes mères ou sœurs ? Combien de fois vos petits, ou vos frères n'ont-ils pas été malades et n'ont-ils pas eu besoin du médecin ! Et ils avaient peur. Mais vous, avec des caresses et des paroles d'amour, leur avez enlevé cette peur et avec leur petite main dans la vôtre, ils se sont laissé soigner n'éprouvant plus leur terreur première.

Les coupables sont vos frères et vos enfants malades et ils craignent la main du médecin, son jugement. Non. Ce n'est pas ainsi. Dites-le vous, qui savez combien Dieu est bon, que Dieu est bon et qu'il ne faut pas le craindre. Même s'Il dit franchement: "Tu ne feras plus jamais cela", Il ne chassera pas celui qui l'a déjà fait et qui s'est rendu malade. Mais Il le soignera pour le guérir. Soyez des mères et des sœurs auprès des saints. Eux aussi ont besoin d'amour. Ils se fatigueront et s'épuiseront dans l'évangélisation. Ils ne pourront arriver à faire tout ce qu'il y a à faire. Aidez-les vous, discrètement et activement. La femme sait travailler. À la maison, près des tables et des lits, près des métiers à tisser et de tout ce qui est nécessaire à la vie quotidienne. L'avenir de l'Église amènera un flot continuel de pèlerins aux lieux choisis par Dieu. Vous, soyez-y les hôtesses, chargez-vous des détails du plus humble travail pour laisser aux ministres de Dieu la liberté de continuer le Maître. Et puis viendront les temps difficiles, sanglants, cruels. Les chrétiens, même les saints, auront des heures de terreur, de faiblesse. L'homme n'est jamais très fort dans la souffrance. La femme, au contraire, a sur l'homme cette supériorité royale de savoir souffrir. Enseignez-la à l'homme en le soutenant dans ces heures de peur, de découragement, de larmes, de fatigues, de sang. Dans notre histoire, nous avons les exemples de femmes merveilleuses qui surent accomplir des actes audacieux et libérateurs.

Nous avons Judith, Yaël .. Mais croyez qu'il n'y en a pas de plus grande jusqu'à présent que la mère huit fois martyre : sept fois en ses fils et une fois pour elle, au temps des Macchabées. Puis, il y en aura une autre. Mais après qu'Elle l'aura été se multiplieront les femmes héroïnes de la douleur et dans la douleur, les femmes réconfort des martyrs et martyres elles aussi, les femmes anges des persécutés, les femmes : prêtresses silencieuses qui prêcheront Dieu par leur manière de vivre et qui sans d'autre consécration que celle que leur a donnée le Dieu-Amour seront, oh ! seront consacrées et dignes de l'être.

Voilà, très schématisés, vos principaux devoirs. Je n'aurai pas beaucoup de temps à vous consacrer, à vous en particulier. Mais vous vous formerez en m'écoutant. Et vous vous formerez davantage sous la conduite parfaite de ma Mère.

Hier, cette main maternelle (et Jésus prend dans la sienne la main de Marie) m'a amené la jeune fille dont je vous ai parlé et celle-ci m'a dit que rien que le fait de l'entendre et de rester à ses côtés pendant quelques heures lui avait servi à mûrir le fruit de la grâce qu'elle avait eue, en l'amenant à sa perfection. Ce n'est pas la première fois que ma Mère travaille pour le Christ son Fils. Toi et toi, mes disciples, mais aussi mes cousins, vous savez ce qu'est Marie pour former les âmes à Dieu. Vous pouvez le dire à ceux et à celles qui auront la crainte de n'avoir pas été préparés par Moi à la mission ou de l'être encore insuffisamment quand je ne serai plus parmi vous. Elle, ma Mère, sera avec vous maintenant, aux heures où je ne serai pas parmi vous et puis, quand je ne serai plus au milieu de vous. Elle vous reste, et avec elle reste la sagesse en toutes ses vertus. Suivez dorénavant tous ses conseils.

Hier soir, quand nous fûmes seuls, Moi, assis à côté d'elle comme quand j'étais petit, la tête sur son épaule si douce et si courageuse, ma Mère m'a dit - nous avions parlé de la jeune fille partie aux premières heures de l'après-midi avec un soleil plus radieux que celui du firmament, enclos en son cœur virginal : son secret saint - ma Mère m'a dit: "Comme il est doux d'être la Mère du Rédempteur !" Oui, comme c'est doux, quand la créature qui vient au Rédempteur est déjà une créature de Dieu en laquelle il n'y a que la tache d'origine qui ne peut être lavée par un autre que Moi. Toutes les autres petites taches des imperfections humaines, l'amour les a enlevées.

Mais, ma douce Mère, très pure Guide des âmes vers ton Fils, Étoile sainte qui les oriente, suave Maîtresse des saints, tendre Nourrice des plus petits, Soin salutaire des infirmes, ce n'est pas toujours que viendront à toi ces créatures qui ne refusent pas la sainteté. Mais des lèpres, mais des horreurs, mais la puanteur, mais un grouillement de serpents autour de choses immondes, viendront ramper jusqu'à tes pieds, ô Reine du genre humain, pour te crier: "Pitié ! Secours-nous ! Conduis-nous à ton Fils !" et tu devras mettre ta main, cette blanche main sur les plaies, incliner ton regard de colombe du paradis sur des laideurs infernales, respirer la puanteur du péché, et ne pas fuir. Mais au contraire serrer sur ton cœur ceux que Satan a mutilés, ces avortons, ces pourritures, et les laver dans les larmes et me les amener. Et alors tu diras: "Comme il est difficile d'être la Mère du Rédempteur !" Mais tu le feras parce que tu es la Mère. Je baise et je bénis tes mains, ces mains par lesquelles viendront à Moi tant de créatures et chacune sera une de mes gloires. Mais, avant de l'être pour Moi, elle sera une de tes gloires, Mère sainte.

Vous, chères femmes disciples, suivez l'exemple de celle qui fut ma Maîtresse, celle aussi de Jacques et de Jude et de tous ceux qui veulent se former dans la Grâce et dans la Sagesse Suivez sa parole. C'est la mienne qui s'est faite plus douce. Il n'y a rien à y ajouter, car c'est la parole de la Mère de la Sagesse.

Et vous, mes amis, sachez avoir l'humilité et la constance des femmes et, abaissant l'orgueil de l'homme, ne méprisez pas les femmes disciples, mais modérez votre force, et je pourrais dire votre dureté et votre intransigeance au contact de la douceur des femmes. Et, par dessus tout, apprenez d'elles à aimer, à croire et à souffrir pour le Seigneur, parce qu'en vérité je vous dis qu'elles, les faibles, deviendront les plus fortes dans la foi, dans l'amour, dans l'audace, dans le sacrifice pour leur Maître, qu'elles aiment avec toutes elles-mêmes, sans rien demander, sans rien prétendre, payées seulement par l'amour, pour me donner réconfort et joie.

Allez maintenant dans vos maisons ou dans celles qui vous donnent l'hospitalité. Je reste avec ma Mère. Dieu soit avec vous."

Toutes partent sauf Marthe.

"Reste, toi, Marthe. J'ai déjà parlé à ton serviteur. Aujourd'hui ce n'est pas Béthanie qui donne l'hospitalité, mais la petite maison de Jésus. Viens. Tu mangeras à côté de Marie et tu dormiras dans la petite chambre, près de la sienne. L'esprit de Joseph, notre réconfort, te réconfortera pendant que tu reposeras.

Et demain, tu retourneras à Béthanie plus forte et plus assurée, pour préparer là aussi des femmes disciples, en attendant celle qui à Moi et à toi est la plus chère. Ne doute pas, Marthe, je ne promets jamais en vain .Mais, pour faire d'un désert rempli de vipères un bosquet du paradis, cela demande du temps. Le premier travail ne se voit pas. Il semble qu'il n'y a rien de fait. Mais, au contraire, la semence est déjà déposée. Les semences. Toutes. Et puis viendront les larmes, ce sera la pluie qui les fait éclore.

Et les bons arbres viendront. Viens . Ne pleure plus !"


Saintes femmes disciples de Jésus

* "J'ai compris que " Marie " veillait sur moi , que j'étais Son enfant .
Aussi , je ne pouvais que lui donner le nom de " Maman " , car il me semblait encore plus tendre que celui de " Mère "
*


Desert de iarnă. Cum faci cel mai bun tort de mere cu zahăr ars

Dacă îți place crema de zahăr ars și adori merele coapte, dar, pe de altă parte, nu prea ai chef să-ți petreci prea mult timp în bucătărie, acest tort este alegerea perfectă. Este rapid și ușor de pregătit, iar rezultatul te va încânta, așa că, pune-te pe treabă!

Ai nevoie de 4-5 mere, de o cană zahăr, 1/2 pachet unt sau margarină, în plus, mai ai nevoie de 5 ouă, 5 linguri zahăr 5 linguri făină, un pic de coajă rasă de lămâie, o linguriţă esenţă de portocală - pentru pandișpan.

Cum se face

Pui trei sferturi de cană de zahăr la topit într-o formă rotundă de tort. Când s-a caramelizat, îl lași să se răcească. Ungi forma cu unt sau margarină (o să rămână multă pe fund, dar aşa trebuie) şi aşezi sub formă de floare merele tăiate felii potrivit de subţiri. Le presari cu zahărul rămas şi le introduci în cuptorul încins pentru 15 minute.

Urmează pandişpanul. Baţi albuşurile spumă tare, adaugi zahărul şi mai baţi până se topeşte. În timp ce amesteci, pui treptat gălbenuşurile, coaja de lămâie şi esenţa. Adaugi făina și o încorporezi uşor, cu o lingură, de jos în sus. După ce amestecul este omogenizat, îl torni cu grijă peste mere şi îl netezeşti. Introduci din nou tava la cuptor și o lași până se rumeneşte pandișpanul. După ce scoți tortul din cuptor îl laşi să se răcorească câteva minute, apoi îl desprinzi uşor cu un cuţit pe margini şi îl răstorni pe un platou. Serveeri külmalt ja sobib hästi koorega!


Õunakook

See on täiuslik kook, mida olete ilmselt kõik juba lapsepõlvest teadnud, kuid peaksite teadma, et saladus on mõne koostisosa kasutamine. Kuidas valmistada õunakooki ja põletatud suhkrukreemi. Maitsvad õunad ja krõmpsuvad pähklid, mähitud niiskesse ja lõhnavasse kaneeli sisse. Mis võiks olla lihtsam ja parem? Kook riivitud õunte ja beseega & # 8211 Retseptid Igasugused retseptid.

Postitasin kuivpliidis tehtud retsepti ja nüüd tutvustan ahjus tehtud retsepti. Kook riivitud õunte ja kaneeliga ning # 8211 kohev ja lõhnav. Odava ja koheva koogi retsept õuntega, ilma küpsetuspulbrita, maitsestatud vanilje, kaneeliga.

Trio šokolaadikoogi retsept Retseptid Koogid, Dessert Retseptid, Magustoidud. See ümberpööratud kook karamelliseeritud õuntega on üks lihtsamaid ja maitsvamaid. Lihtne ja kiire riivitud õunakook. Põletatud suhkrukreemikook karamelli šokolaaditopiga, juustukook, koogid.


Video: Lihtne ja kiire õunakoogi retsept, maitsev ja kerge magustoit! (Oktoober 2021).